Valeur, Vocation, Vision


Lors de son voyage en Californie au début des années ’70, le philosophe et sociologue français Edgar Morin avait emporté une « devinette » que le CNRS (Centre National pour la Recherche Scientifique) lui avait posée :

« Quelle est la finalité d’un système complexe ? »

La réponse qu’Edgar Morin donna au retour fut assez surprenante :

« La finalité d’un système complexe est de devenir plus complexe ! »

On pourrait bien méditer quelques heures là-dessus et écrire quelques centaines de pages d’exégèse. Il n’en reste pas moins qu’en quelques mots le débat de l’être humain comme producteur de complexité est posé proprement. La frontière entre constructif et destructif est tracée : Lorsque nous perdons en complexité sur le long terme, si nos actes de destruction ne sont pas rapidement suivis d’actes de construction qui produisent des gains de complexité, alors nous « perdons » globalement. Si nous mettons en péril un tout plus grand (p.ex. notre survie dans la biosphère), pour des petits gains en complexité, alors nous risquons…. Mais tout ce qui n’est pas perte ou risque inconsidéré, tout ce qui fait avancer l’humanité dans ses savoirs, dans son adaptabilité, dans ses aptitudes est une formidable avancée.

Human Systems Engineering empoigne la réalité à cet endroit précis, en mettant face à face les mécanismes d’autorégulation économiques et les actes de volonté des êtres humains, peu importe que ceux-ci soient individuels ou politiques. Dans ce sens, Human Systems Engineering agit aux interfaces des sciences humaines, de la philosophie, de l’économie et des nouvelles technologies. Ceci avec une forte orientation sur les compétences nécessaires pour agir afin d’influencer les systèmes dans la direction souhaitée.

L’alignement du team enseignant, des étudiants, des alumni et de l’institution porteuse tout entière (HEIG-VD) est en même temps une conséquence de ce processus de réflexion et une condition pour pouvoir le développer afin qu’il puisse développer le potentiel d’impact souhaité.

A plus long Human Systems Engineering a l’ambition de devenir une approche complémentaire aux formations plus traditionnelles dans les domaines économiques et sociaux, avec une présence marquée dans les Hautes Ecoles suisses et des collaborations avec des universités étrangères.